I want to ride my bicycle...

Publié le par alinemariane

I want to ride my bicycle, I want to ride my bike...

Cela est la chanson qui j’aime chanter pendant je fait du vélo.

Cette deuxième fois à Paris m’a donné la conclusion que je ne me fatigue pas de répéter : c’est une « petite » ville pour ceux, comme moi, qui sont habitués à Sao Paulo. Une petite grande ville, on dirait. Parfaite pour faire du vélo !

Velib’ est le système de vélos en libre-service. Par 1€ ou un abonnement annuel, c’est possible de loyer un vélo, rouler pour la ville et après le déposer. Au delà de c’est une petite ville, Paris est encore très plaine, il y a pas mal de pistes cyclables, le conduites sont en général prudents (sauf les taxis) si comparé à Sao Paulo, bien sûr, il y a assez de stations. Cela devenu mon moins de transport officiel !

Tous les jours, sauf quand il pleut, même les matinées les plus froides, j’ai pris le Velib’ pour aller au cours, pour aller d’un cours à autre, pour rentrer à la maison. J’ai découvert des bons chemins, j’ai été perdue plusieurs de fois (cela est un sujet pour un autre post…), j’ai reçu une amende (oui, c’est possible !), j’ai connu chaque trou du chemin…

Alors j’ai tombé amoureuse de Velib’. Quand je rencontre un autre cycliste de Velib, c’est comme si était quelque ami, un connu, quelqu'un liait par le vélo ; je me sent au droit de parler, de regarder, de suivre… Quand je vois un Velib’ cassé, je me sens mal, comme si était un jouet à moi qui cassait… J’aime vois qu’il y a une station à côte, n’importe si prendrai ou pas. Je sens même que ma peur de conduire s’améliore !

Enfin... I want to ride my bicycle, I want to ride it where I like…

Publié dans en français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article